10 janvier 2017

un meurtre sans cadavre

Ce texte est une demande qui m'a été faite par une jeune fille que j'ai eu la joie de rencontrer, dans des circonstances beaucoup plus heureuses que le sujet qu'elle voulait que je traite. E., ce texte est pour toi. C'est l'histoire d'une jolie poupée au visage bien lisse et au sourire mutin qui grandit auprès de parents aimants. Dans une cellule familiale protectrice, où se transmettent les valeurs et la force pour se mêler ensuite dans le monde extérieur. Rien à signaler donc. Et pourtant... Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 08:34 - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2016

Le roi soleil

Un sujet qui revient régulièrement ici parce qu'il me tient à coeur et par le biais de ce blog je veux aussi m'engager contre ce fléau. Voici une petite devinette: Quelle différence y-a-t-il entre : 1. Il me regarda et PAF ! me gifla. Et: 2.  Je l'ai attendu ce soir là comme les autres soirs. Quand il rentrait à la maison, j'avais un mélange d'appréhension et de soulagement. Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais il donnait une raison à ma présence ici. Je n'étais plus seule et lui était content de me retrouver, après une... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 08:49 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 décembre 2015

ἐλπίς et puis c'est tout !

Point A. J'ai sous le bras un coffre en bois. Je peine à le porter, collé contre ma hanche, il me fait vaciller. On me dit d'avancer alors j'avance,  parce qu'il paraît que la vie c'est comme une bicylcette, que pour garder l'équilibre, il faut avancer, et là, si vous ne voulez pas croire une inconnue, pas de pot, c'est pas moi qui le dit mais Albert Einstein . Eh oui. Oui oui, celui qui a contribué à la fabrication de la bombe A . Bref, je ne vais pas revenir sur le passé, mais s'en inspirer est toujours bon. Donc, avancer. OK,... [Lire la suite]
02 décembre 2015

Mourir une première fois

Elle était si désirable dans sa robe bleue volatile, là où le vent découvrait ses jambes avec impudeur, il y avait vu une invite. Alors il s'était servi. Il avait interpellé la jeune femme, elle n'avait pas répondu,  et avait poursuivi son chemin. Son sang n'avait fait qu'un tour, bouillonnant . Il l'avait suivie et avant qu'elle ne rejoigne le boulevard, il était arrivé à sa hauteur, un couteau suisse à la main et d'un calme inquiétant il lui intima de le suivre, sans faire de vague, ni crier. Devant la menace elle ne pouvait... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 09:26 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 octobre 2015

A quoi penses-tu quand il t'insulte, puis revient, balance ses beaux mots comme il sait si bien le faire,  et toi pour cela tu m'amouraches ?  Bannis de ton vocabulaire les "toujours" et les "jamais", les "comme un fou", les "pour la première fois", les "pour la dernière fois",  tous ces mots en quête d'absolu et qui ne mènent nulle part, sauf, à la douleur. Arrête de croire ses belles paroles qui ne riment à rien de rien.  N'accepte pas ses coups, qu'il veut faire oublier avec des mots qui ne riment à rien de... [Lire la suite]
19 septembre 2014

Quand le corps devient prison

L'INSUPPORTABLE.  Quand les gestes sont durs, quand la main devient arme, quand le poing est marteau, quand l'homme n'est plus compagnon mais bourreau, la femme est chosifiée, pire, elle est anéantie. L'arbre perd ses fruits, la chair devient entrailles hurlantes, et le souffle souffre. L'âme volète lourdement, colombe souillée qui pleure la perte de confiance, le refuge de toutes les déceptions et les malheurs. Le ciel devient noir, il n'y a plus rien pour faire briller le soleil, le corps est déchiré, la pluie tombe dedans et... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 13:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,