Mind-the-gap"Please mind the gap between the train and the plateform " criait l'annonce. Elles se disaient au revoir, s'enlaçaient, pour garder le souvenir persistant de la chaleur amie. "Départ imminent, attention à la fermeture des portes." Chacune dans son espace: l'une dans le train l'autre sur le quai. Entre les deux dix centimètres qui faisaient toute la différence. Elles s'embrassèrent simplement. Les mains se rejoignaient, les épaules se touchaient, mais les pieds restaient dans un espace délimité. Les vies tentaient de se rapprocher et dans un élan dérisoire, elles s'effleuraient et se frôlaient.
Il y aurait toujours cet intervalle entre elles. Tant que l'une ne serait pas l'autre, les vies défileraient côte à côte. On avait beau tout faire pour combler cet écart et s'en approcher tout était floué. Leurs différences étaient d'éclatantes étoiles.

Il y a toujours une petite marche dans les espaces de nos jeux et un décalage dans le temps. Le monde que nous voyons est comme la lumière du soleil qui nous parvient huit minutes environ après avoir été émise. Quoi qu'il arrive, on ne joue pas vraiment sur la même scène et nos vies ne peuvent réellement se rencontrer, on est toujours seul.