Ce qui devait arriver arrive, voici le pénultième jour de l'année, et avec des airs de bonne résolution anticipée, j'annonce donc ce que j'ai déjà mis sur les réseaux sociaux, à savoir qu'à partir du 1er janvier 2015, les textes de théâtre ne seront plus diffusés en intégralité, comme ce fut le cas pendant près de cinq ans !

J'ai voulu croire à une espèce de loyauté, à un monde où la propriété intellectuelle serait reconnue naturellement, sans avoir à le rappeler à tout bout de champ ! Et combien de fois aussi, et là mes amis auteurs comprennent ce que je veux dire, un responsable de troupe vous demande gentiment , certes l'autorisation de jouer , mais croit qu'un simple oui suffit ! Ahaha vive le monde des licornes, des petits coeurs et du Père Noël, qui rappellons-le est bien le premier des fainéants car il fait bosser les parents et reste planqué toute l'année ! Je m'égare, je m'égare pas tant que ça, et pour revenir au centre du sujet, je déplore le manque d'honnêteté des troupes, si modestes soient-elles, c'est un débat qui fait toujours couler, cette histoire de droits d'auteur, que mon coup de gueule est toujours d'actualité :  http://rosapristina.canalblog.com/archives/2013/09/10/28056429.html

Je sais, coup de gueule indémodable, grrrr .... que je refourgue régulièrement !

Du coup, pour les troupes honnêtes, et heureusement il y en a, ça ne changera rien. Pour les autres, effectivement, à force de vouloir louvoyer, vous aller voir la proposition de textes diminuer dangereusement car nous sommes de plus en plus nombreux à ne diffuser qu'un extrait de la pièce, pour n'envoyer l'intégralité du texte qu'après renseignements pris auprès des troupes. Je rappelle ce qui n'est apparemment pas une évidence pour tout le monde, ce que vous trouvez sur internet n'est pas forcément libre de droits et il y a une grande différence entre lire un texte pour soi, et l'exploiter, sous forme de spectacle, si amateur soit la troupe.

C'est comme un morceau de musique que vous écoutez pour vous, et celui dont vous allez vous servir pour une représentation publique, même amateur, et j'insiste sur ce terme. N'oublions pas qu'amateur vient d' "amare " qui veut dire aimer en latin. Quand on aime le théâtre, on respecte le travail de tous ceux qui y contribuent, et sans auteur, pas de textes, sans textes, pas de spectacle. Donc en faisant les choses dans les règles, en traitant les droits d'auteur, vous respectez notre travail et le votre par la même occasion, car il me semble que les boissons que vous achetez pour animer la buvette, vous les payez ? Là c'est pareil. Même combat. Comme l'épicier, le boulanger, et vous-mêmes, nous aussi on en doit régler nos factures, grâce au fruit de notre travail.  Sur ces belles paroles caustiques, on se retrouve bientôt pour plus de douceur ... 2015 n'est plus bien loin ...