le quotidien en quelques lettres, ça et là...

22 septembre 2018

Ville verticale

Le billet dans la main pour rejoindre les hauteurs d'airain De tes bras amériques T'es chic Je vole vers toi rêve américain Et tes enchevêtrements urbains. Eldorado si haut C'est haut hissez haut Je vole vers toi Avec dans ma valise l'émoi Les questions du renouveau Et dans mes hublots l'émerveillement du monde le coeur au bord de la bonde A moi les stagnations bruyantes Et le béton effervescent !
Posté par Rosapristina à 06:48 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 août 2018

Aujourd'hui reprenons ensemble le chemin des instants simples, des délicates joies estivales, et surtout, de l'inestimable douceur du partage des moments avec l'être aimé. Ce qui est bien dans un tel partage, c'est qu'il multiplie le bonheur plus qu'il ne le divise, vertu de l'amour et de l'amitié. Mode feel good avec un de mes plus grands plaisirs, s'allonger dans l'herbe, et paresser ! Les doux et tendres herbes s’inclinaient sous leurs pas. Ils avançaient d’une démarche religieusement lente, l’autel était au bout de cette allée.... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 07:58 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 juillet 2018

Elle est là, bien cachée entre la liasse de publicités et les enveloppes à fenêtres qui présagent des factures. Une écriture ramassée un effort de concision pour envoyer un peu de soleil à ceux qui restent à la maison, parler de soi en style télégraphique aller à l'essentiel. Quelques centimètres carrés qui représentent un coucher de soleil, un palmier ou les remparts de Carcassonne, le poignet pivote et c'est la découverte de ces quelques mots, de cet art de la brièveté qui cache quelque chose d'important : la personne a pris de le... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 16:42 - - Permalien [#]
Tags : , ,
09 février 2018

Des larmes de grand

Elles arrivent comme ça, sans crier gare, viennent des tripes, extirpent leur chemin, poussez-vous de là on arrive, elles montent montent montent tout d'abord à fleur de paupières jusqu'à éclater, déborder et sans effort elles coulent toutes seules, gravité oblige. Sans demander notre avis elles s'imposent avec l'impératif d'un trop-plein d'émotions à évacuer, colère tristesse souffrance fatigue et rage mêlées qui font mal et qui dans un cri corporel dévalent les joues devenues creuses. Ce sont des larmes de grand. De ceux qui... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 14:01 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 janvier 2018

Des lumières tamisées, une musique langoureuse dans une salle de danse, pardon, un temple de la sensualité. Au premier abord on plonge dans un cliché, avec toutes ces jeunes femmes en micro-short/brassière au ventre plat comme une conversation avec le voisin du dessus. Après un échauffement spécifique, haut, bas du corps et beaucoup le bassin aussi, enfin on attaque la bête:cette énorme barre- la pole donc- qui ressemble aux barres dans les transports en commun. Je me vois déjà vers 17h dans le RER A à faire le reverse grab...pas sûr... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 09:44 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 décembre 2017

Noël ou l'impératif du bonheur

Des joujoux par milliers, des paillettes et chocolats, regardez le calendrier, demain c'est Noël. Le concours de celui qui farcit la plus grosse dinde -passez-moi l'expression- la frénésie acheteuse pour oublier pendant quelques heures la morosité persistante de nos latitudes. Finie la course aux cadeaux avec des papiers-emballages qu'on a acheté pour pouvoir les jeter... alors qu'on devrait limiter nos déchets. Les contradictions ne manquent pas. Limiter nos déchets mais pas nos dépenses, parce que tout est bon pour nous faire... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 09:35 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 novembre 2017

Un moment réconfortant comme un chocolat chaud. Petit cadeau automnal. - Ça n’a pas bien l’air d’aller mademoiselle. Venez, un chocolat chaud vous fera du bien. Ecrasée de lassitude, je rendis les armes et acceptai l’invitation de mon voisin. Nous vivions sur le même palier mais ne nous croisions que rarement. Je sentais parfois son regard transpercer l’oeilleton et m’observer, après un glissement de pas près de la porte que je feignais d’ignorer. Il me fit m’asseoir dans la pièce principale de son deux-pièces. Les rideaux verts... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 17:49 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 novembre 2017

Un peu de tendresse bordel ! Et que les mots envolent leur amour, comme les feuilles capricieuses de novembre Il est là           au loin                     jamais aussi près de moi depuis son absence ... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 20:56 - - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2017

Tout est or, tout est ocre. Les marrons tombent et tout en cherchant à les éviter,nous nous marrons, Nous nous promenons embrassés de frais, dans les dernières clémences de l'été finissant. Les arbres, témoins de notre promenade ondulent leur ramage sous la bise fraîche. L'air de rien, un souffle taquin revigore la nuque dénudée. Chouette! La nuit sera courte et lumineuse. La nuit sera belle, un soleil dans le coeur, un éclat dans la forêt enténébrée. Nous nous éloignons juste pour parler et nous confier ce qui n'appartient qu'à... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 11:46 - - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juin 2017

Les douces et tendres herbes s’inclinaient sous leurs pas. Tous deux avançaient d’une démarche religieusement lente, l’autel était au bout de cette allée. Ils s’imprégnaient de l’odeur douceâtre et âcre de la terre, de la vie qui grouillait, microscopique, et du murmure des chants de communion des êtres invisibles et fragiles. Une fois étendus, ils ouvraient leurs bras et caressaient les brins pour en tisser des liens le corps se fondait dans l’herbe tandis que le regard se perdait dans la voûte céleste, pour percer le secret de... [Lire la suite]
Posté par Rosapristina à 16:52 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,